Samain - Enslaved (French translation)

English

Enslaved

I stepped out on a path of black stones
Polished by the wind
My reflection a twisted insight
 
Iron-grey the early evening sky
I sweated
Though I knew the seasons turned
In my favour
The blood that was singing
Now choked up with ice
 
I spat up a vile sickness
A thread of black
My burden given up
To a greater universe
The one outside
 
I tasted blood
And not surprised
Found myself with mortal wounds
Ambushed and set upon
While I slumbered on my feet
 
A trite contradiction:
I often fire arrows at myself as well
 
I’ve hunted deer that upon death
Turn into long-lost friends
I’ve spoken to gusts of wind
They shaped themselves like great owls
I’ve been taught the secrets of this world
By inert stone
Who’s to say I’m only waking now?
 
To step outside one’s self as I did
Is to see a vague grey aperture
Words once meant so much to me
But I never saw their chains
 
I cried out on a windswept hillside
Alone, with lightning blazing
Thunder, heartbeat of a greater force
My guiding fiction
 
Who’s to say I’m alone on my forest walks?
Who’s to say the eyes of town, they see me?
 
I dreamt of a world at night
With all the little humans sleeping
And dreaming of themselves
All within my dream
 
Submitted by crimson_antics on Sat, 27/01/2018 - 08:33
Align paragraphs
French translation

Esclave

J'ai emprunté un sentier de pierres noires
Polies par le vent,
Ma réflection une vision déformée
 
La soirée est jeune, le ciel d'un gris acier
J'ai transpiré,
Tout en sachant que les saisons avaient changé
En ma faveur,
Le sang qui autrefois chantait
Est maintenant étouffé par la glace
 
J'ai régurgité une ignoble maladie,
Un jet noir,
Mon fardeau abandonné
À un plus grand univers,
Celui qu'on trouve là-dehors
 
J'ai goûté le sang
Et, sans surprise,
Me suis retrouvé avec des blessures mortelles
Pris en embuscade et attaqué
Alors que je somnelais sur mes deux pieds
 
Une banale contradiction,
Je tire souvent des flèches dans ma propre direction
 
J'ai chassé des cerfs qui, à leur mort,
Se transforment en amis depuis longtemps oubliés,
J'ai parlé à des bourrasques de vent
Ayant pris la forme de grands hiboux,
Les secrets de ce monde m'ont été transmis
Par le roc immobile
Qui pourrait dire que je ne me réveille que maintenant?
 
Quitter son corps comme je l'ai moi-même fait,
C'est de voir une ouverture grise et floue
Les mots signifiaient autrefois tant pour moi,
Mais je n'avais jamais remarqué leurs chaînes
 
J'ai hurlé du sommet d'une colline balayée par le vent,
Seul, sous un ciel illuminé par les éclairs
Le tonnerre, le pouls d'une force plus grande,
La fiction qui me guide
 
Qui pourrait affirmer que je marche seul dans la forêt?
Qui pourait affirmer que les yeux de la ville me voient?
 
La nuit, j'ai rêvé d'un monde
Où tous les petits humains dormaient
Et rêvaient à eux-mêmes,
Tout ça à l'intérieur de mon rêve
 
Submitted by crimson_antics on Sat, 27/01/2018 - 09:15
Samain: Top 1
See also
Comments
Sarasvati    Sat, 27/01/2018 - 09:19

Hi,
6/5 typo.trasmis