Salvador Espriu (i Castelló) - Formes i paraules 6 (French translation)

Catalan

Formes i paraules 6

XXVI
 
Vull que t’adonis
com has vist unes formes
de perfecta bellesa.
Són la vida d’un home
que parlarà per sempre
a tots, des de la terra
aspra, traïda, seva.
Tan nostra i seva.
 
XXVII
 
És molt difícil
de trobar qui comprengui
la nostra llengua.
Però tots, en mirar-te,
provaran d’escoltar-nos.
 
XXVIII
 
Llibertat, signe
d’eterns rigors, de lluites
mai no compreses
Al fons del pou sotjàvem
brillants nombres immòbils.
 
XXIX
 
Fins a quin cel volíem
que rabent ens enlairi
l’ocell ? L’espanten
cims i paranys d’abismes,
però també les ales
avui de cop esteses
al lluny, desemparades
de tèbies mans.
 
XXX
 
No vols ser lliure.
Tries rovells de ferros,
Tàvegues d’odi.
 
Submitted by Guernes on Tue, 09/01/2018 - 22:16
Submitter's comments:

El 1974 Salvador Espriu va escriure un conjunt (Formes i paraules) de 40 petits poemes, inspirats en l’obra de l’escultor Apel·les Fenosa, (https://ca.wikipedia.org/wiki/Apel%C2%B7les_Fenosa_i_Florensa) un apassionat del món clàssic, constant recreador d’escenes mitològiques i de personatges i episodis homèrics. El 1975, aquests poemes varen ser publicats, amb l’acompanyament de fotografies de l’obra de Fenosa, en una edició preparada per Francesc Vallverdú.

Align paragraphs
French translation

Formes et paroles 6

XXVI
 
Je veux que tu comprennes
combien les formes vues,
sont d’une beauté parfaite.
Sont la vie d’un homme
qui parlera pour toujours,
à tous, depuis la sienne
terre, âpre et trahie.
Et tant la nôtre… et sienne.
 
XXVII
 
Il est très difficile
de trouver qui comprenne
notre langue.
Mais tous, en te regardant,
voulurent nous écouter.
 
XXVIII
 
Liberté, signe
d’éternelles rigueurs, de luttes
À jamais incomprises.
Au fond du puits nous avons décelé
De brillants nombres immobiles.
 
XXIX
 
Vers quel ciel voulions-nous
que rapide l’oiseau nous
emportât ? Les cimes
l’effraient, et les pièges d’abîmes,
mais aussi les ailes
aujourd’hui s’en allant d’un coup
vers les lointains, abandonnées
par des mains tièdes.
 
XXX
 
Tu ne veux pas être libre.
Tu choisis la rouille des fers
les rebuts de la haine.
 
Tous droits réservés © Christian Guernes (pour les traductions en français, sauf indication contraire ; lien vers le source, etc.)
Submitted by Guernes on Tue, 09/01/2018 - 22:17
Author's comments:

En 1974 Salvador Espriu écrit un ensemble (Formes et paroles) de 40 petits poèmes, inspirés de l’œuvre du sculpteur Appel.les Fenosa (https://fr.wikipedia.org/wiki/Apel%C2%B7les_Fenosa) passionné par le monde antique, recréant constamment des scènes mythologiques ou des personnages et des scènes homériques. En 1975, ces poèmes seront publiés, accompagnés d’illustration d’Appel.les Fenosa.

Salvador Espriu (i Castelló): Top 3
See also
Comments