La Loreley (English translation)

Advertisements
French

La Loreley

À Bacharach il y avait une sorcière blonde
Qui laissait mourir d'amour tous les hommes à la ronde
 
Devant son tribunal l'évêque la fit citer
D'avance il l'absolvit à cause de sa beauté
 
Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie
 
Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
Ceux qui m'ont regardée évêque en ont péri
 
Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie
 
Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley
Qu'un autre te condamne tu m'as ensorcelé
 
Évêque vous riez Priez plutôt pour moi la Vierge
Faites-moi donc mourir et que Dieu vous protège
 
Mon amant est parti pour un pays lointain
Faites-moi donc mourir puisque je n'aime rien
 
Mon cœur me fait si mal il faut bien que je meure
Si je me regardais il faudrait que j'en meure
 
Mon cœur me fait si mal depuis qu'il n'est plus là
Mon cœur me fit si mal du jour où il s'en alla
 
L'évêque fit venir trois chevaliers avec leurs lances
Menez jusqu'au couvent cette femme en démence
 
Vat-en Lore en folie va Lore aux yeux tremblant
Tu seras une nonne vêtue de noir et blanc
 
Puis ils s'en allèrent sur la route tous les quatre
La Loreley les implorait et ses yeux brillaient comme des astres
 
Chevaliers laissez-moi monter sur ce rocher si haut
Pour voir une fois encore mon beau château
 
Pour me mirer une fois encore dans le fleuve
Puis j'irai au couvent des vierges et des veuves
 
Là haut le vent tordait ses cheveux déroulés
Les chevaliers criaient Loreley Loreley
 
Tout là bas sur le Rhin s'en vient une nacelle
Et mon amant s'y tient il m'a vue il m'appelle
 
Mon cœur devient si doux c'est mon amant qui vient
Elle se penche alors et tombe dans le Rhin
 
Pour avoir vu dans l'eau la belle Loreley
Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil
 
Submitted by Guernes on Fri, 15/07/2016 - 17:07
Last edited by Guernes on Mon, 25/07/2016 - 19:47
Submitter's comments:

à Jean sève

Align paragraphs
English translation

The Lorelei

In Bacharach there was a blond witch
who let all men around die of love for her.
 
The bishop had her summoned to his court
but absolved her right away thanks to her beauty.
 
O pretty Lorelei with your eyes full of jewels,
which wizard bestowed his sorcery on you?
 
I am tired of living and my eyes are cursed,
bishop. All those who looked at me met their demise.
 
My eyes are not jewels, but flames. Why don't you
cast all that witchcraft into the fire?
 
I am burning amid those flames, O pretty Lorelei.
Let another condemn you, you bewitched me.
 
You must be joking, bishop. You'd better pray the Virgin,
put me to death and may God protect you.
 
My lover left for a land faraway, why don't you
put me to death, since I feel no more love?
 
My heart aches so that I am bound to die,
a mere glance at myself would force me to die.
 
My heart aches so since he left,
My heart ached so the day he left.
 
The bishop summoned three knights armed with lances:
"bring to a coven this demented woman"
 
Begone, crazed Lorelei, away with your trembling eyes.
You'll be a nun, clad in black and white.
 
And so they set forth, the four of them,
The Lorelei begged them, her eyes shining like stars.
 
Knights, allow me to climb this rock so high
to see my fair castle one last time,
 
to watch one last of my reflections in the river,
and then I shall join the coven of maidens and widows.
 
Up there the wind twisted her unfurled hair
and the knights yelled "Lorelei, Lorelei..."
 
Yonder on the Rhine a skiff is sailing by,
on which stands my lover. He saw me, he beckons.
 
My heart mellows so, my lover is coming.
She then leans over and falls into the Rhine
 
for having seen in the water the pretty Lorelei,
her Rhine coloured eyes and her hair of sunlight.
 
Submitted by ingirumimusnocte on Mon, 05/11/2018 - 22:44
Added in reply to request by BlackSea4ever
More translations of "La Loreley"
Guillaume Apollinaire: Top 3
See also
Comments